Un cours en miracle

 

Malgré qu’il soit celui qui ait eu le plus d’impact dans ma vie, je ne recommande pas de débuter cette aventure avec le  « Un cours en miracle », car il est très difficile à comprendre de par son phrasage. En effet, si j’avais débuté mon cheminement par ce livre, j’aurais trouvé le chemin trop difficile et non accessible. Je serais sûrement restée dans les livres de développement personnel avec un profond sentiment d’insatisfaction. En fait, il m’a fallu la lecture de quatre autres livres explicatifs pour en arriver à pleinement l’apprécier. Par contre, «Un retour à l’amour » est l’un de ces livres explicatifs dont je vous suggère fortement la lecture. Si vous n’aviez qu’un livre à lire ce serait lui. « Je la remercie la personne qui m’a conseillé, si je n’avais pas suivi son avis j’aurai laissé tomber rapidement l’étude d’un cours en miracle. »

La tradition classique de la non-dualité :

Un cours en miracles est une forme sophistiquée du « Via Négativa’ dans la même tradition que la pratique spirituelle du « néti-néti » que nous trouvons dans les Upanishads et le Vedanta. Advaita Il nous apprend la découverte de la Réalité par la dissipation de tout ce qui n’est pas la Réalité. Le ‘miracle’ est le processus de reconnaissance des pensées fausses (de jugement, de colère, de rancune, entre autres) pour ensuite les relâcher ; le miracle dont parle ce livre est le basculement de l’esprit ancré dans la dualité vers une perception plus juste basée sur la non-dualité et la non-séparation (la non-différence avec les autres). Cet enseignement nous apprend à regarder clairement tout ce qui semble réel dans nos esprits tout au long de nos journées, et à reconnaître sa fausseté, pour que Ce qui est réel devienne à la fin apparent.

Source

 

Evaluation d’Un cours en miracles par Roger Walsh

 Mais s’il y avait une seule occasion de ne pas juger un livre par sa couverture, ce serait peut- être celle-là. Car malgré son titre curieux et ses origines, des centaines de milliers, sinon des millions de personnes, partout dans le monde étudient le Cours, et trouvent qu’il répond largement, non seulement à leurs soifs intellectuelles, mais aussi à leurs plus profondes aspirations spirituelles. D’éminents penseurs, tels Glen Olds, ancien président de Kent University (USA), Willis Harman, ancien professeur en ingénierie à Stanford University (USA), et Ken Wilber, l’un des plus grands philosophes et chercheur en matière de religion – ont décrit le Cours en termes très positifs, et l’ont comparé favorablement aux grandes traditions contemplatives mondiales. 

Source 

 

Ce cours n’est pas la lampe magique d’Aladin, il demande du temps car les principes du livre sont à l’opposés des principes enseignés dans le Monde actuel.

J’ai eu un mouvement de recul au début avec les termes Dieu, Christ, que j’avais rejeté il y a des années. Mais en passant par-dessus mon rejet pour ces mots j’ai découvert une nouvelle façon de penser et de voir le monde. Quel que soit le nom que l’on lui donne (Dieu, la Source, Grand Manitou, Allah,le Bien Aimé,Père, etc.) n’a pas d’importance, seul le message compte.« Il utilise des termes chrétiens mais l’enseigne d’une façon davantage bouddhiste et zen.“ 

Pour arriver à maitriser une nouvelle façon d’être, nous devons maitriser une une nouvelle façon de penser et de voir que ce monde n’est qu’illusion. »

Un cours en miracle

 

         Lorsque tu parles, tu ne fais que répéter ce que tu sais déjà.

      Si tu écoutes, tu apprendras peut être quelque chose. Dalaï Lama.